De votre envoyé spécial sur Allemagne-Italie, Dino Zoff (exceptionnellement accompagné de Roland Blanc)

Aller en bas

De votre envoyé spécial sur Allemagne-Italie, Dino Zoff (exceptionnellement accompagné de Roland Blanc)

Message par Dino Zoff le Ven 29 Juin - 8:36

Le goût de la victoire, une soirée parfaite, que demander de
mieux. Tout avait vraiment bien commencé : pas de voyage en bus d’Eurolines
mais en Porsche aux sièges velours pour atteindre Gdansk. Le secret ?
Inviter votre rédac’chef à venir supporter l’équipe d’Allemagne, prendre l’air
affecté du supporter italien qui s’est déjà rendu à la raison sur le fait que
la Mannschaft sera en finale, c’est générer suffisamment d’empathie pour que l’ami
Roland sorte sa voiture rutilante du parking de Top Euro et nous emmène tambour
battant vers cette demi-finale prometteuse. En arrivant au stade, nous
retrouvons Lech et Marek, mes amis rencontrés à l’occasion d’Italie-Espagne (le
premier !) et j’ai plaisir à les présenter à Roland. Onjest
słodki
twój chłopak (il est mignon ton copain), me disent-ils que je
m’empresse de traduire à mon rédac’chef Ils
t’apprécient déjà beaucoup
. Il est vrai qu’avec son bermuda et son côté
sportswear, Roland sucite ce soir bien des regards appuyés de supporters et
supportrices. La beauté transgenre, quoi.

Nous voilà donc prêts pour le coup d’envoi. Dès les premières minutes, catastrophe
et inquiétude m’assaillent. La Squadra est absente, les Allemands dominateurs
comme rarement. Balotelli est titularisé d’entrée de jeu, ce qui n’est pas pour
me ravir. Mais bon, faisons confiance à Prandelli. Après tout, il nous a mené
ici avec le plus beau jeu que l’Italie ait eu depuis longtemps. Dès la 7ème
minute, Pirlo se trouve à repousser sur sa ligne un ballon d’Hummels puis 12ème
minute, Barzagli qui manque de marquer contre son camps. Je me liquéfie. Roland
me regarde l’air compatissant : il semble que la logique dont tout le monde
parle depuis le début de cet Euro soit partie pour s’appliquer et que l’Allemagne
ait déjà un pied en finale. C’est sans compter sur le moral sans faille et les
qualités de compétiteurs de cette équipe italienne, bien décidée à montrer que l’Italie du
football, c’est autre chose que des matchs truqués. Dès la 17ème minute, les
Azzuris reprennent peu à peu le contrôle des opérations avec un tir cadré de
Montolivo, suivi d’un autre de Cassano. Neuer a beau être sur la trajectoire,
on assiste là au tournant du match. 20ème minute, sur un superbe centre de Cassano,
Balotelli ajuste une tête au fond des filets. Vous avez bien dit Mario
Balotelli ? Je n’en crois pas mes yeux ! J’exulte alors que les Allemands et
leurs supporters prennent visiblement un gros coup derrière la tête. D’autant
qu’ils ne semblent pas en capacité de réagir, même si un fabuleux tir de
Khedira à la 35ème est parfaitement sorti par l'autre héros de ce match : Gigi
Buffon. A ce moment, les Allemands se disent certainement que les choses
peuvent basculer en leur faveur. Loin s’en faut car le deuxième coup de
matraque, qui sera à la finale décisif, arrive dans la foulée. Sur une magnifique
transversale de Montolivo, Balotelli toujours plus surprenant vient ajuster une
frappe incroyable en pleine lucarne qui laisse Neuer sur place. Une supportrice
allemande verse une larme, je fais de même pour des raisons opposées.

A 2-0, c’est un tout autre match qui commence avec une équipe d’Allemagne qui ne
se remettra jamais d’une telle claque. Les entrées de Klose et Reus à la place
des transparents Kroos et Podolski n’y changeront rien. La domination technique
des Italiens est claire, seul Ozil, excellent, donne un peu le change. On
attendait pourtant cette réaction de l’Allemagne, mais cette équipe n’a rien de
la grande époque et du mental sans faille de ses grands anciens. Elle s’étiolera
jusqu’à la fin du match, tout juste consentira-t-elle à accélérer dans les dix
dernières minutes pour obtenir un pénalty bien trop tardif pour faire trembler
les transalpins. Les Allemands finiront à courir comme des canards sans tête,
Neuer compris.

Je salue ici tout le soutien que m’a apporté Roland, mon short étant resté tendu
jusqu’au coup de sifflet final. Je repense à sa maginifique phrase à l’heure de
jeu A 30mn de la fin, les Allemands n’ayant
pas réagi, c’est plié pour eux
. Qu’il est bon d’avoir un tel soutien !

Coup de sifflet final : Balotelli ne court même pas sur le terrain mais lève les
yeux au ciel. Siamo in finale !

Quelques éléments de décryptage :

- Il va falloir défintivement cesser de croire en cette équipe d’Allemagne et
admettre qu’elle est surévaluée depuis 6 ans, ce qui a été masqué par des
parcours souvent faciles jusqu’en demi-finale, notamment en 2010 mais aussi
dans ce fameux groupe de la mort où finalement les Pays-Bas n’étaient pas au
rendez-vous. Peu de ressources mentales, une porosité défensive évidente
(prendre 2 buts contre la Grèce était somme toute prophétique), des joueurs (à
l’exception d’Ozil) finalement pas si bons techniciens que ça. Face à une
équipe qui élève véritablement son niveau de jeu, l’Allemagne n’y est plus.

- Les statistiques se confirment : l’Italie ne réussit pas à l’Allemagne qui ne l’a
jamais battue en compétition officielle

- Prandelli a reconstruit une équipe de compétiteurs en seulement deux ans, et un
collectif au mental sans faille, ce qui devrait faire réfléchir la FFF qui en
est encore à chercher des explications métaphysiques aux événements de ces
derniers jours

- Une seule équipe a marqué contre l’Espagne dans cet Euro et se retrouvera en
finale contre le champion sortant. Tout est aujourd’hui possible pour cette
Squadra transcendée

- Je garde le meilleur pour la fin, car je n’y aurais jamais cru : Prandelli a
réussi son pari a maintenant Balotelli dans l’effectif contre vents et marées. Quant
à ce dernier, véritable warrior avec des gros muscles (vous aurez apprécié) et
un petit pois dans la tête (il aura pris un jaune pour montrer ses gros
muscles), il me fait irrésistiblement penser à un Jean-Claude Van Damme, qui
joue son rôle dans le rôle. L’image de Mario, les yeux au ciel au coup de
sifflet final tandis que ses coéquipers courent de joie sur le terrain, est un
véritable épilogue de film d’aventure, d’une saga épique pour laquelle je
souhaite la plus belle des conclusions dimanche.

Non sans avoir remercié Roland de son soutien en m’étant frotté contre lui (euh
pardon, en le serrant dans mes bras), je sors heureux du stade. Nous croisons
un stadier et un supporter euphorique en plein conflit, le premier essayant de
calmer le second, mais s’énervant lui-même au-delà du bon sens en lançant des C’est le règlement de la maison pour calmer
les excès du supporter excité. Après avoir tenté de calmer les esprits, nous
nous éloignons prudemment à mesure que la tension continue de monter.

Emporté par la foule des supporters de l’Italie aux cris de Siamo in Finale, j’ai tout
juste le temps d’entendre Lech et Marek proposer à notre rédac’chef de boire
une dernière vodka dans leur algeco de chantier, ce qu’il accepte
bien volontiers, candide. Lech me fait un clin d’oeil Dziękujędar ! (Merci du cadeau !) me dit-il. Je fais un signe d’au
revoir à Roland tandis que la foule de mes compatriotes m’emporte.

Ce matin au réveil, mes jambes sont lourdes, ma migraine intense. Il est dur de
cuver une telle victoire. Je n’ai toutefois pas, à cette heure, de nouvelles de
Roland et je vais de ce pas passer un coup de fil à Lech et Marek. A Gdansk, ce
soir, la nuit a été chaude pour tout le monde.


Dernière édition par Dino Zoff le Ven 29 Juin - 9:35, édité 1 fois
avatar
Dino Zoff
Top Euro Star

Messages : 945
Points : 997
Réputation : 10
Date d'inscription : 29/05/2012
Localisation : Sans sirop

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De votre envoyé spécial sur Allemagne-Italie, Dino Zoff (exceptionnellement accompagné de Roland Blanc)

Message par Roland Blanc le Ven 29 Juin - 9:11

J'y étais je confirme, je surligne : tout est vrai.

Cette équipe italienne est objectivement enthousiasmante et je jalouse énormément ceux qui ont la chance de la supporter, le scenario, l'attitude et les émotions me rappelant des joies que nous n'avons pas connues depuis maintenant bien trop longtemps. L'enchaînement est pour l'instant parfait entre le suspense, la maîtrise et le petit poil de chance sans lequel on ne gagne rien.

Les Allemands ont une fois encore montré leurs limites et apparaissent paradoxalement comme une équipe fragile, l'antithèse de ce que cette équipe a représenté de tous temps. Leur non match en seconde mi-temps est à cet égard très révélateur. Il sera très intéressant de suivre les options retenues pour 2014 : maintien d'une stratégie offensive séduisante mais friable ou retour à la panzer division.

Quant à la fin de la soirée, fort heureusement notre Porsche était suivie discrètement par le Hummer Top Euro bourré de nervis slovènes et biélorusses armés de matraques électriques. Lech et Marek ont donc finalement passé une soirée assez différente de celle qu'ils imaginaient au départ en me raccompagnant.

_________________
Allez les bleus en 2014, bordel !!!
avatar
Roland Blanc
G.O.
G.O.

Messages : 840
Points : 910
Réputation : 7
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 55
Localisation : Dans la machine

Voir le profil de l'utilisateur http://topeuro2012.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: De votre envoyé spécial sur Allemagne-Italie, Dino Zoff (exceptionnellement accompagné de Roland Blanc)

Message par Dino Zoff le Ven 29 Juin - 9:23

Je te pardonne de m'avoir brouillé avec mes deux amis. Je suis ce matin plein d'empathie pour mon prochain, d'autant plus pour celui qui m'a permis de traverser cette épreuve en m'évitant l'arrêt cardiaque dû au stress (et peut-être à un short un tantinet serré).
avatar
Dino Zoff
Top Euro Star

Messages : 945
Points : 997
Réputation : 10
Date d'inscription : 29/05/2012
Localisation : Sans sirop

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De votre envoyé spécial sur Allemagne-Italie, Dino Zoff (exceptionnellement accompagné de Roland Blanc)

Message par Dino Zoff le Ven 29 Juin - 9:39

Roland Blanc a écrit:le scenario, l'attitude et les émotions me rappelant des joies que nous n'avons pas connues depuis maintenant bien trop longtemps

Je signe tout de suite pour un remake du France-Brésil de 98 ! Il est vrai que nous n'attendions pas la France à ce niveau lors de cette finale. Que Pirlo nous fasse du Zizou et fasse taire la légende espagnole comme d'autres en leur temps ont fait taire la légende brésilienne.
avatar
Dino Zoff
Top Euro Star

Messages : 945
Points : 997
Réputation : 10
Date d'inscription : 29/05/2012
Localisation : Sans sirop

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De votre envoyé spécial sur Allemagne-Italie, Dino Zoff (exceptionnellement accompagné de Roland Blanc)

Message par Dino Zoff le Ven 29 Juin - 12:32

Bastian Schweinsteiger, milieu de l'Allemagne: "Bien sûr, nous sommes tous déçus et tristes après ce match. Si nous
avions pu prendre le jeu à notre compte, ils n'auraient pas pu marquer"


Quelle lucidité ce Schweini !
avatar
Dino Zoff
Top Euro Star

Messages : 945
Points : 997
Réputation : 10
Date d'inscription : 29/05/2012
Localisation : Sans sirop

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De votre envoyé spécial sur Allemagne-Italie, Dino Zoff (exceptionnellement accompagné de Roland Blanc)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum