De votre envoyé spécial sur Italie-Angleterre, Dino Zoff

Aller en bas

De votre envoyé spécial sur Italie-Angleterre, Dino Zoff

Message par Dino Zoff le Lun 25 Juin - 9:31

Quelle soirée les amis, quelle soirée ! Du potentiel
cauchemar, je me réveille ce matin dans la joie. Car il faut bien avouer que
dans les minutes qui ont suivi cette victoire aux tirs aux buts, seul le
soulagement dominait. A l’image des joueurs de la squadra qui se sont bien
gardés de manifester leur joie de manière ostentatoire. La journée avait déjà
débuté sous le signe de la tension. Tension personnelle d’une part, lorsque le
bus d’Eurolines Paris-Kiev, moyen de transport à pas cher retenu pour votre
envoyé spécial par la rédac de Top Euro, tombait en panne à 15km du stade.
Jusqu’à la dernière minute, je pensais ne jamais atteindre mon objectif. La
chance me sourit à ce moment là grâce à la correction d’un groupe de Beatniks
anglais, venus de Manchester en minivan Volkswagen, qui accepta de me prendre à
son bord malgré les couleurs vert-blanc-rouge que j’arborais fièrement. Quelle
correction, me dis-je, de la part de ces anglais que, de ma vie, je n’avais
jamais appelé autrement que « rosbifs ». Cet épisode qui alliait
urgence de la dernière minute et comportement exemplaire de l’adversaire devait
s’avérer éminemment prémonitoire.

Choc dès les premières minutes de la rencontre : un
poteau pour De Rossi, un sauvetage réflexe de Buffon. Le ton est donné. Les
Italiens sont mis en difficultés dans les 15 premières minutes par les
accélérations anglaises, puis finissent par asseoir leur jeu. En maître du jeu
des Azzuris, Pirlo distribue dans tous les secteurs du jeu. Aucun déchet tant
individuellement que dans son impulsion collective. Je suis tout de même étonné
de voir les Italiens privilégier l’axe central quasiment impénétrable des
Anglais, ayant pour ma part misé sur la qualité de débordement et de centre
italiens. Mais ces Anglais ont un point fort et l’exploiteront tout au long de
la rencontre : un double rideau défensif très efficace et un sens du
sacrifice des défenseurs et du gardien prêts à préserver la cage de Hart
inviolée à la vie à la mort. La qualité technique des Italiens fait tout de même
la différence et les occasions commencent à pleuvoir, sans que le dernier geste
fasse montre de suffisamment de réalisme. Je reste pour ma part très sceptique
sur la présence de Balotelli en pointe. Même s’il joue en Angleterre et que le
choix de Prandelli se justifie, même si on ne peut pas lui reprocher d’avoir du
cœur et d’être à l’ouvrage, son efficacité reste encore à démontrer. Domination
dans tous les secteurs du jeu, mais à la mi-temps toujours pas de but. J’entrevois
déjà, à ce moment de la partie, les éventuelles prolongations et peut-être les
tirs au but venant sanctionner, de la manière la plus injuste qui soit, mes
bleus. Le reste de la rencontre sera un véritable torrent d’angoisse. Près de
40 tirs italiens dont la moitié de cadrés, une possession de balle qui rendrait
jaloux les Espagnols, des prouesses techniques en tout genre de Marchisio,
Montolivo et Pirlo, contre 9 tirs pour l’Angleterre dont 4 cadrés. Mais l’épée
de Damoclès est toujours là et les prolongations ne changeront rien à cet état
de fait. Tout juste rajouteront-elles de l’angoisse avec un nouveau poteau et
un but refusé pour hors-jeu. A ce moment là, je me liquéfie : l’épreuve
des tirs au buts est là. Je me décompose un peu lorsque Montolivo rate son
pénalty. Il faut commencer à se faire une raison, ce match sera un hold-up
anglais, même si je ne peux leur en vouloir car ils sont héroïques dans ce
contexte. Et soudain, la lumière fut. Un tir sur la transversale pour les
Anglais et Gigi Buffon en sauveur, avant que le jeune Diamanti ne prouve, à l’image
de son équipe, que la rage de vaincre et les nerfs d’acier sont l’essence
fondamentale de ces moments. A partir de là, tout se brouille pour moi, je
hurle à la victoire, sans même vraiment y croire, sans arriver à me libérer de
cette tension accumulée. Nous sommes en demi-finale et avons retrouvé notre
rang deux ans après l’humiliation de l’Afrique du Sud.

Rétrospectivement, ce match est plein d’enseignements. La
montée en puissance de l’Italie est réelle, tant collectivement, techniquement
que physiquement. La preuve est faite que les coups de pompe de la dernière
demi-heure, connus au premier tour, étaient dus à la préparation physique et
non à un manque global de condition. Balotelli reste un maillon faible à mes
yeux, mais la débauche d’efforts consentis ne peut lui être reprochée. Espérons
tout de même que cette fatigue incitera Prandelli à démarrer avec Di Natale
contre l’Allemagne.

L’enjeu physique sera au cœur de l’avenir de la squadra. On
peut revenir sur ce calendrier honteux qui donne deux jours de récupération
supplémentaires à l’Allemagne mais les choses sont ainsi. Espérons pour l’Italie
qu’avoir fait un tel match de référence lui donne des ailes. Mais il sera
difficile d’aller jusqu’au bout dans ces conditions car passer l’Allemagne est
un énorme défi dans ce contexte, et gagner en finale avec un jour de
récupération de moins que l’Espagne et le Portugal en sera un encore plus grand
(sauf à espérer des prolongations dans cette autre demi-finale). Mais après
tout, tant pis. Quelle que soit l’issue, l’Italie aura vu naître une nouvelle
équipe, au style de jeu plus enthousiasmant qu’il ne l’a jamais été dans son
histoire. A partir de là, tous les espoirs d’avenir sont permis.
avatar
Dino Zoff
Top Euro Star

Messages : 945
Points : 997
Réputation : 10
Date d'inscription : 29/05/2012
Localisation : Sans sirop

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De votre envoyé spécial sur Italie-Angleterre, Dino Zoff

Message par Roland Blanc le Lun 25 Juin - 9:52

Il y a deux constats enthousiasmants dans cette histoire : on peut prendre beaucoup de plaisir à voir jouer l'Italie, ce qui n'a pas toujours été le cas quand on est né de ce côté-ci des Alpes, et l'état d'esprit de la rencontre a été formidable des deux côtés, avec des gestes, des attitudes et un comportement sportif remarquables.

_________________
Allez les bleus en 2014, bordel !!!
avatar
Roland Blanc
G.O.
G.O.

Messages : 840
Points : 910
Réputation : 7
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 55
Localisation : Dans la machine

Voir le profil de l'utilisateur http://topeuro2012.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum